L’Europe à la croisée des chemins

Messieurs,

Il n’est plus question de vaines paroles, mais d’un acte, d’un acte hardi, d’un acte constructif. La France a agi et les conséquences de son action peuvent être immenses.

Nous espérons qu’elles le seront.

Elle a agi essentiellement pour la paix. Pour que la paix puisse vraiment courir sa chance, il faut, d’abord, qu’il y ait une Europe. Cinq ans, presque jour pour jour, après la capitulation sans conditions de l’Allemagne, la France accomplit le premier acte décisif de la construction européenne et y associe l’Allemagne. Les conditions européennes doivent s’en trouver entièrement transformées. Cette transformation rendra possibles d’autres actions communes impossibles jusqu’à ce jour. L’Europe naîtra de tout cela, une Europe solidement unie et fortement charpentée. Une Europe où le niveau de vie s’élèvera grâce au groupement des productions et à l’extension des marchés qui provoqueront l’abaissement des prix.

Une Europe où la Ruhr, la Sarre et les bassins français travailleront de concert et feront profiter de leur travail pacifique, suivi par des observateurs des Nations Unies, tous les Européens, sans distinction qu’ils soient de l’Est ou de l’Ouest, et tous les territoires, notamment l’Afrique qui attendent du Vieux Continent leur développement et leur prospérité.

Voici cette décision, avec les considérations qui l’ont inspirée.”

Par Robert Schuman, l’un des pères fondateurs de l’Union Européenne(1)

Europe-pere fondateur

Réunir l’ensemble des nations du continent européen agite les esprits des plus grands dirigeants depuis des siècles. De l’Empire Romain à l’Allemagne nazie, la domination de cette terre par la guerre semble la seule alternative(2). Pourtant, un changement fondamental s’opère suite au premier et second conflits mondiaux, consécutifs à la rivalité acharnée pour la suprématie continentale(3). La volonté d’en finir avec la guerre surpasse toute hostilité et accouche d’une envie commune de paix. Ce souhait prend corps pour la première fois en 1948 avec le traité de Bruxelles et son alliance défensive(4), qui se met en pause l’année suivante avec la création de l’O.T.A.N(5). Un ensemble politique et économique apparaît dès lors comme la piste la plus viable. La création de la CECA (Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier) en 1951 nourrit cet objectif, elle pose les jalons pour la constitution d’une union politique, l’Union Européenne. Afin de compléter le dispositif, les dirigeants se donnent pour mission la création d’un espace économique commun avec les accords de Rome en 1957(6), que les membres de l’UE peuvent intégrer. Après des décennies de tractations(7), l’Euro devient la monnaie de nombreuses nations du continent le 2 janvier 2002. Aujourd’hui, l’UE compte pas moins de 28 membres(8) et son groupe monétaire 19(9). Si l’association économique affiche une nette évolution au fil des décennies, les branches politiques et militaires ne suivent pas. “L’Europe en panne” devient une réalité face aux défis(10). Ces derniers, nous offrent l’opportunité de mesurer les forces et les faiblesses réelles de l’Union.

carte-zone-euro-2015-afp

Pour qualifier notre analyse, il nous faut tenir compte de quatre points essentiels au niveau supranational et national :

  • La puissance régalienne, symbole de la volonté primaire d’un État;

L’armée et la police forment la base de toute entité étatique souhaitant affirmer son existence. L’Europe ne dispose d’aucun de ces outils. La création du PSDC (Politique de Sécurité et de Défense Commune) poursuit le souhait de doter le continent d’un système de défense(11), mais face aux individualismes nationaux et au manque de volonté, l’organisation reste embryonnaire. Il y a bien des missions communes(12), mais aucune véritable force de dissuasion. La présence constante de l’OTAN (13) complique la donne en mettant à disposition un système rodé, qui concurrence tout nouvel organisme. En 2009, Barak Obama visite la République Tchèque et promet une aide directe en cas de confrontation avec la Russie(14). Les USA jouent le rôle de défenseur de l’Europe, ce qui ôte la souveraineté à toute future entité. L’intervention du Kremlin en Crimée(15), et plus particulièrement dans le Dombass expose l’absence de toute force européenne pour faire appliquer les cessez-le-feu. L’Union ne peut répondre aux défis militaires extérieurs et ne peut compter en derniers recours que sur les armées nationales(16). De même sur le plan intérieur, en 2015 des vagues de migrants(17) joignent l’Europe et son centre sans encombre(18), les frontières extérieures n’existent pas. Frontex(19) ne suffit en rien pour appuyer les États. La présence d’aucun fond de financement d’une force des frontières paneuropéennes frappe les esprits. Il y a bien la création récente d’un centre antiterroriste pour répondre aux besoins immédiats(20), mais rien n’est encore prévu sur le long terme. La facilité déconcertante avec laquelle des terroristes effectuent des allers-retours en Europe, montre le besoin de plus en plus vital d’un service fédéral de sécurité. Sans véritable volonté politique, l’Union faite dans l’idéal pour protéger ses ressortissants semble loin d’être achevée et l’illusion qu’elle le soit, représente un danger.

military-expenditure-2014.

  • L’économie, qui se diffuse au travers du commerce et de sa capacité à soutenir la croissance d’une nation;

L’absence d’armée fédérale ne signifie pas pour autant un désarmement total, la preuve en est la simple existence de l’accord monétaire parapher en 1972(21). Cette ensemble reste pour le moment une alliance économique à l’échelle continentale. Il y a une feuille de route émise par Bruxelles, mais chaque nation reste maître de sa politique intérieure. Le lien s’établit à travers l’euro et l’espace Schengen, qui se veut une aire commerciale. Sur le papier cette organisation parait solide et ambitieuse, mais dans les faits, c’est une simple zone d’échange. Avant que chaque région soit à un niveau équivalent, des pays sont intégrés pour agrandir le marché, ou demande leur adhésion pour recevoir des subventions, sans qu’une réelle volonté de prendre part à l’Union se manifeste(22). La crise grecque montre le manque d’enquête approfondie et l’absence d’esprit critique envers une administration anachronique(23). Les grandes réunions à Bruxelles sur le sujet valident un soutient pour Athènes(24), tout en accentuant les antagonismes(25). Les sources de la crise ne sont pas totalement rectifiées pour autant(26). Il n’y a pas de véritable objectif car on ne sait pas jusqu’où on peut aller. La signature prochaine du pacte transatlantique ou non(27) influencera en partie la posture pour le prochain siècle, soit l’Europe s’affirme, soit elle risque de s’assujettir, et de s’étioler.

statistique Commerce mondiale UE

  • La démographie, garante du renouvellement des peuples;

Le facteur démographique contribue à la richesse active d’un pays, sans une natalité positive et une population jeune, les nations perdent en vigueur et périclitent(28). L’Europe possède le nombre de naissances par habitant le plus faible du monde. La France, l’Irlande et la Belgique parviennent à renouveler leur génération de travailleurs, les autres doivent obligatoirement faire appel à l’immigration(29). Les vagues migratoires actuelles répondent à ce besoin, mais elles sont trop violentes et incontrôlées. Elles ne suivent pas une politique prédéfinie, mais fuient une guerre(30). La mise en place d’un plan démographique répondant aux problématiques actuelles fait partie des sujets à traiter impérativement(31). De même que le manque de fécondité des européens. La cohérence culturelle et sociale risque d’être mise à mal dans les prochaines décennies.

Tableau natalité

Source INED (32)

  • L’élément politique constitue le point le plus avancé dans la stratégie européenne avec ses diverses organisations(33), et la constitution ces dernières années de l’UE. Il faut mesurer sa capacité à imposer son point de vue face aux membres et aux grandes puissances;

L’ensemble politique bien qu’apparemment avancé n’est rien de plus qu’un faire valoir sans consistance. Les membres de l’assemblée européenne(34) cumulent mandat européen et national, et ce dernier prime sur les autres. Il est vrai qu’une réforme interdira l’addition des fonctions, mais combien d’années a-t-il fallu avant cela? L’inertie entre la prise d’informations et la rectification des problématiques lié à l’Union, en fait un système inefficace de par sa lenteur à entériner des décisions. Le dumping chinois sur les panneaux solaires en 2012 demande une réponse immédiate pour nos entreprises et nos technologies, une réponse adéquate se met en place au bout d’une année(35). L’intervention Russe en Ukraine(36) et la crise migratoire alourdissent la pression sur une Union Européenne déjà divisée(37). Dans le premier cas, Bruxelles appuie la révolte contre Ianoukovitch et se trouve piégé par la réponse militaire et économique russe. Les accords de Minsk(38) aboutissent à un cessez-le-feu, grâce à la présence française et allemande, sans l’Europe. Cet accord laisse suffisamment de marge à Kiev pour réclamer son territoire perdu, tout comme pour Moscou. Dans cette affaire, l’absence de la haute représentante pour les affaires étrangères de l’Union interpelle. Les postes de l’Union Européenne ne semblent être que des bonus liés à la politique nationale. La source de cet imbroglio administratif et politique se lie à la thématique concernant la constitution d’une souveraineté Européenne, qui est au point mort et bloque toute avancée(39). Les peuples n’acceptent pas de cession de souveraineté pour un ensemble plus grand. Sans ce passage de flambeau essentiel, toute évolution du système politique s’avère impossible.

Comment faire de l’Union Européenne une véritable force ? Il faut simplement que les institutions nationales cèdent petit à petit leurs prérogatives. Il est naturel pour tous citoyens des nations européennes d’appréhender ce moment. La création de la première puissance mondiale les rassurera de par son influence et sa force. Il ne sera pas ici question de perdre sa souveraineté, mais de la voir dans un ensemble plus grand. Pour y arriver, il faudra faire preuve de fermeté, arrêter de vouloir garder à tout prix certains membres. Le “Brexit”(40) et les moyens mis en œuvre pour l’éviter montre la faiblesse intrinsèque de l’Union(41). Dans la même lignée, la conciliation forcée avec la Turquie(41) montre l’ampleur du problème. Il n’y a pas d’exemple à suivre ou à éviter. Nous sommes à la croisée des chemins, l’Europe est née de la guerre, elle évoluera à marche forcée par la guerre(43). La véritable question repose sur sa capacité à renaître sous un jour meilleur ou accéder à un nouveau morcellement.

(1)http://www.robert-schuman.eu/fr/declaration-du-9-mai-1950

(2) L’Europe présente un contexte géopolitique bien particulier. De nombreux peuples aux parlés et aux mœurs différentes se côtoient sur un espace réduit. Les ressources limitées du continent provoquent une concurrence poussée à l’extrême, qui conduit à une évolution soutenue sur cette aire géographique.

(3) La seule diplomatie connue est celle de la “canonnière” jusqu’à la première guerre mondiale. L’effroyable coût en vie humaine du conflit amène aux premières remises en questions et à la création de la Société des Nations en 1919 (SDN).

(4)http://www.nato.int/cps/fr/natohq/official_texts_17072.htm

(5)La création de l’OTAN ôte toute légitimité à la création d’un organe de défense inter-européen et permet ainsi aux USA de garder la main sur cet espace.

(6)http://www.traitederome.fr/fr/histoire-du-traite-de-rome/25-mars-1957-signature-du-traite-de-rome/les-negociations.html

(7)http://www.vie-publique.fr/chronologie/chronos-thematiques/euro-monnaie-unique-pour-17-etats-union-europeenne.html Il a fallu pas moins de cinquante ans pour préparer la venue de la monnaie unique, notamment par la fondation d’organisations comme la Banque Centrale Européenne (BCE).

(8)Pour plus d’informations sur l’UE voir: http://europa.eu/about-eu/countries/member-countries/index_fr.htm

(9)Pour plus d’informations sur l’Union Monétaire voir : http://europa.eu/about-eu/basic-information/money/euro/index_fr.htm

(10)Les différentes crises auxquelles l’Europe fait face, laissent place à une indécision édifiante et chaque compromis semble être une victoire sans lendemain.

(11)Pour plus d’informations sur la PSDC: http://www.rpfrance.eu/Qu-est-ce-que-la-PSDC

(12)Les missions en cours: http://www.rpfrance.eu/Les-operations-PSDC-dans-le-monde

(13)http://www.nato.int/cps/fr/natohq/topics_52044.htm

(14)http://www.lemonde.fr/idees/article/2009/04/06/barack-obama-un-monde-sans-armes-nucleaires_1177289_3232.html

(15)http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/crimee-depuis-combien-de-temps-la-russie-preparait-elle-son-intervention_1498274.html

(16)Les nations européennes ne possèdent que des armées en sous nombre et sans expérience du combat. L’armée française bien que la plus nombreuse et la mieux équipée, souffre elle aussi des réductions budgétaires. L’Europe est désarmée : http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/01/15/31001-20160115ARTFIG00310-general-desportes-les-interets-politiciens-desorganisent-l-armee-francaise.php

(17)http://www.france24.com/fr/20151222-million-migrants-europe-2015-guerre-syrie-refugies-grece-italie-mediterranee

(18)L’espace Schengen permet la libre circulation des marchandises et facilite le commerce, mais en cas de crise migratoire, il est le talon d’Achille de l’Union.

(19)http://www.immigration.interieur.gouv.fr/Europe-et-International/La-circulation-transfrontiere/FRONTEX

(20)http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/01/26/europol-alerte-sur-des-risques-d-attentats-en-europe_4853987_3214.html

(21)http://www.cvce.eu/obj/la_cooperation_economique_et_monetaire-fr-7f1c62f8-bb39-4ee5-ab36-678d72142528.html Bien que le serpent monétaire soit un échec, il initie la création de la zone Euro.

(22)http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20130626trib000772471/qui-sont-les-futurs-membres-de-l-union-europeenne-.html La Turquie apparaît comme le symbole de cette volonté de profiter de l’ensemble Européen.

(23)http://www.leparisien.fr/economie/chronologie-grece-onze-dates-pour-comprendre-la-crise-financiere-06-07-2015-4923089.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr

(24)http://www.challenges.fr/economie/20150709.CHA7744/en-direct-grece-a-quelques-heures-d-un-nouveau-programme-de-reformes.html

(25)Les partisans de l’aide et les opposants se divisent sur le rôle à jouer : http://www.lejdd.fr/International/UE/Grece-les-Allemands-ne-veulent-plus-payer-742070

(26)Les problèmes fondamentaux de l’administration grec ne peuvent être effacé par une aide financière et des réductions d’effectifs. La crise provient de carences structurelles propres à ce pays : http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/06/11/un-fonctionnaire-dans-le-dedale-de-l-administration-grecque_1716161_3214.html

(27)Les tractations sur le traité (TTIP :Transatlantic Trade and Investment Partnership ) sont en cours. Les enjeux sont triples :

  • en acceptant, l’UE rentre dans le bloc commercial américain, qui ne comprends pas ses adversaires économiques (Russie, Chine pour ne citer que les plus connus). Nous devenons donc par ce truchement leur opposant également.
  • L’UE ne peut pas accepter que les multinationales aient plus de pouvoir que des États par le biais des chambres d’arbitrages ( http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/10/13/si-vous-n-avez-rien-suivi-au-tafta-le-grand-traite-qui-effraie_4788413_4355770.html ). Une entreprise américaine ne peut exporter ses denrées si elles ne respectent pas les normes européennes, mais en contrepartie elle a droit à une compensation financière (plusieurs millions de dollars dans bien des cas). Les gouvernements préféreront laisser les entreprises faire leur commerce.
  • L’accord est négocié face à un pouvoir uni alors que l’UE apparaît bien dispersée. Que pourrons faire les nations de l’Union seules face aux États-Unis en cas de litige ?

Ce traité peut être bénéfique, mais il ne peut être négocié avant que l’Europe ait fini sa construction et apparaisse comme un ensemble cohérent.

(28)Les statistiques d’Eurostats ( http://ec.europa.eu/eurostat/data/database ) démontrent une faible vitalité de la démographie européenne. Cette dernière est alimentée par les migrations extra ou intra-européennes.

(29)L’acceptation par l’Allemagne de plus de 800 000 réfugiés ne repose pas sur des questions morales, mais sur un certain réalisme économique. ( http://www.courrierinternational.com/article/immigration-800-000-migrants-en-2015-lallemagne-lepreuve-des-refugies )

(30)Les migrants syriens constituent la majorité des demandeurs d’asiles, mais d’autres groupes se greffent sur ces réfugiés de guerre ( Érythréens, Algériens et autres ).

(31)La lenteur de l’UE pèse lourdement sur la réponse à apporter.

(32) Ce tableau nous donne un ordre de grandeur, la Russie et la Turquie étant intégrées dans la démographie Européenne ( http://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/chiffres/tous-les-pays-du-monde/ ).

(33)http://europa.eu/about-eu/institutions-bodies/index_fr.htm

(34)http://www.euractiv.fr/section/nouveau-parlement/news/un-eurodepute-francais-sur-deux-cumule-les-mandats/

(35)http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/panneaux-solaires-face-au-dumping-chinois-l-industrie-europeenne-se-defend_1247757.html

(36)https://relationsinternationales.org/2015/02/26/la-crise-ukrainienne-un-renouveau-russe/

(37)Chaque nation joue sa partition, il est difficile d’appliquer une politique sur le long terme.

(38)http://www.leparisien.fr/international/ukraine-ce-que-dit-l-accord-de-minsk-12-02-2015-4527593.php

(39)La création d’une Europe unie nécessite une passation partielle de souveraineté pour avoir la force d’appliquer sa politique. Cette problématique n’a pourtant jamais été énoncée au début de la construction de l’Europe pour ménager les opinions. Aujourd’hui, c’est ce déni passé qui bloque toutes évolutions.

(40)http://www.lemonde.fr/international/article/2016/02/19/brexit-donald-tusk-annonce-un-accord_4868772_3210.html

(41)Bruxelles fait tout pour garder les pays Européens au sein de l’Union, pourtant cela risque de l’affaiblir. Les concessions accordées à Londres et son statut spécial peuvent attiser les envies. La sortie de ce membre pourrait se révéler salvateur en faisant de cette nation, un exemple qu’il ne faut pas suivre.

(42)La Turquie garde sur son territoire des millions de réfugiés ( http://www.rfi.fr/europe/20150919-turquie-accueil-migrants-syriens-cout-hakki-akil-bulgarie-police ) et se sert de cela comme moyen de pression. La stratégie d’Ankara est double, elle contraint l’UE à l’aider, et montre un visage différent en tentant d’intégrer doucement l’Union ( http://www.lefigaro.fr/international/2015/11/30/01003-20151130ARTFIG00158-o-en-est-le-processus-d-adhesion-de-la-turquie-a-l-union-europeenne.php ). Il paraît évident que cette nation veut simplement se servir de l’Europe dans ses projets géopolitiques.

(43)Les deux guerres mondiales ont poussé l’émergence de l’Europe, seul un autre conflit de grande envergure fera taire les divisions et naitre l’hyperpuissance voulue.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s