Daesh, Front National, pourquoi la France ?

L’année 2015 marque un tournant fondamental pour la République Française et par extension, pour l’Union Européenne. Le 7 janvier et le 13 novembre 2015, une violence tout aussi inouïe qu’historique frappe la France par l’intermédiaire d’attaques kamikazes(1). L’opinion publique comprend que le terrorisme n’est pas seulement l’apanage des “autres”. Parallèlement, la montée du Front National surprend les élites, qui ne font qu’entrevoir le mal-être dont la France est victime.

frèreKouachiaprèscharlie

Les frères Kouachi, auteurs de l’attentat de Charlie Hebdo, quelques minutes après l’attaque ( Source Le Monde)

Comment tout cela à pu se produire ? Comment notre nation soit disant pays des lumières donne un tel spectacle ? Nos élites politiques, nos dirigeants n’ont-ils pas perçu une once des fractures qui divisent notre pays ? Et si la genèse de tout ceci avait un point commun.

Les dirigeants les plus aptes que chaque peuple aient portés, possèdent tous un trait commun, sans par lequel leur choix et leur comportement en pâtirait. C’est la connaissance et la compréhension de l’héritage de ses compatriotes, ainsi que de leur quotidien. Leur faculté décisionnelle ne peut qu’en être impactée, elle n’est pas infaillible, mais elle permet de faire preuve de réalisme. Sans une connaissance de leur nation, leur décision n’a d’égale que l’inaction voir pire, elle aggrave la situation ne pouvant être en adéquation avec la réalité. Si nous avions un chef avec une telle capacité, il est peu probable que nous en soyons là aujourd’hui. Depuis des décennies, nous élisons des personnages dont l’unique motivation n’est plus la grandeur de la France, mais celle de leur ambition ou d’un idéal utopique. Jean-Louis Debré, Républicain chevronné entame une retraite tumultueuse en servant un portrait au vitriol de la classe politique(2),” Aujourd’hui, le personnel politique n’a plus aucune culture historique ni littéraire. Ce ne sont que de petits clans qui chassent plus ou moins en meute “. Sa vérité semble si réelle.

Général De Gaulle Président

Le Général de Gaulle, référence absolue de la politique française dont la dernière apparition date de 1969.

Le peuple français apparaît plus divisé que jamais. La méconnaissance de la situation sur le terrain additionné aux traditionnels joutes électorales ont coupé du monde réel, les politiques. Il existe à présent plusieurs “France” qui paraissent de moins en moins réconciliables. Il nous faut voir ces “France” à travers les différentes sensibilités, d’où nous dégageons des groupes types :

  • Parmi eux, il y a le courant des opinions dites raisonnables. Cette part représente les personnes ayant une juste vue de la situation, mais ne souhaitant pas pencher vers un parti pour des questions de représentativité. Il regroupe les abstentionnistes et ceux qui votent par dépit. Ils n’agissent quasiment jamais, car ils sont mesurés, là est tout le problème. Il existe ensuite trois autres courants, qui sont extrémistes. Ils ont tous en commun l’étroitesse d’esprit caractéristique du totalitarisme.
  • Le premier est celui de l’extrême gauche, la mise en place d’un monde juste doit faire place à toute autre priorité, quitte à proposer des réformes abracadabrantes. Les rêves d’égalité universelle accouchent souvent des pires régimes, ceux étant opposés à l’utopie devant disparaître.
  • Son alter-ego de droite incarné par le FN laisse place à une thématique mettant en avant la priorité nationale. Le parti prône un retour au protectionnisme, qui risque de provoquer la paupérisation du pays par un repli sur soi. L’absence de programme économique et politique clair instille le doute sur les aptitudes des dirigeants.
  • A l’opposé, l’émergence d’un islam populaire non représenté pour l’instant où la religion prend le pas sur tout, s’accroît. Il s’appuie sur une victimisation soutenue par le gouvernement(3), quitte à créer une nation totalement différente de l’idéal républicain.
  • Enfin, les citoyens attachés aux partis traditionnels représentent le dernier carré.

Le constat est difficile à accepter pour des respectueux de la République. Une partie de notre pays n’adhère pas aux valeurs de notre nation dont la laïcité est une des lignes motrices. Cette part d’oubliés pour une partie issue de l’immigration se tourne vers la religion, qui lui donne une spiritualité et une structure spatiale. Il n’est pas question ici de refaire l’histoire, mais de voir qu’au commencement, il y a eu abandon de l’État. Un manque de compréhension et une ignorance insidieuse que bien peu de personnalités ont cherché à combler. La réponse politique actuelle appuie cette mise au ban obsolète, qui justifie ce tournant religieux et identitaire. Tout cela se double d’une mise à l’écart par la société, qui ne se reconnait pas dans ce positionnement et alimente à son tour la montée de l’extrême droite. Le Front National tire sa force de cette extrémisme religieux et du manque de moyen pour le peuple de se faire entendre. L’un se nourrit de l’autre, l’amorce d’une spirale malheureuse débute. Cette ensemble croît parallèlement et c’est cela qui attire l’attention de l’État Islamique. En attaquant la France, il espère alimenter le sentiment anti-musulman et par là même augmenter toute potentialité de guerre civile.

unite-et-indivisibilite-de-la-republique

Les maximes de la République semblent bien loin de la réalité politique actuelle.

Que faire dès lors ? La réponse ne se trouve pas dans des réformes structurelles trompe l’œil, mais dans le changement fondamental de faire de la politique et de la mener. Il faut savoir ce que c’est d’être fort pour prendre des décisions difficiles et permettre à la République de vivre à la fois un nouveau 1905 et un 1789(4). Si rien ne s’accomplit dans les prochaines années, l’objectif de l’État Islamique de provoquer une guerre civile grâce à ce clivage aussi bien culturel, que physique, risque bien de se produire. Nous sommes devenus une cible de par ce cumul de bévues. Mais, il y a peut-être une autre voie.

De nos jours, l’addition de la culture et de l’intellect ne sont plus l’exclusivité de classes sociales “supérieures”, nous en sommes tous au fait. Il apparaît clair que la capacité à commander n’est donc plus un trait des élites politiques. Ce grand changement sociétal historique impulsé par la mise à disposition de la culture, de l’information et de l’enseignement de masse semble n’être jamais arrivé… La grande majorité des politiciens bloquent l’ascension de nombres d’individus doués pour des questions banales de clientélisme et ce avec l’aide du système(5). L’ambition servie par les calculs nécessite de placer ses pions avec précaution, afin d’éviter toute surprise, tout électron libre. Servir son peuple semble plus être une chimère, qu’une priorité. L’impression de la présence d’une nouvelle monarchie tend de plus en plus à se vérifier. La France offre des exemples variés et multiples de telles dérives. La réservation des places pour les futures présidentielles symbolise cette gangrène qui achève notre République(6). L’inertie entre ce qui se produit dans le quotidien de notre peuple et la réponse étatique se compte en années – lorsque ce n’est pas en décennies -. Chacune d’entre elles coûtent à nos compatriotes le prix de nombreuses vies gâchées. Si l’évolution dans la sphère politique s’avère impossible, comment porter le changement ?

L’outil électoral ne permet plus d’apporter de nouveaux visages ou de nouvelles idées, il permet juste l’échange sans passion des postes. Le suffrage universel apparaît comme l’un des unique moment où les politiques semblent à l’écoute(7). Ils sont prêts à tout accepter dans un grand écart rocambolesque, au prix de nos valeurs. Ce jeu des chaises musicales arrive à son terme, il n’a plus lieu d’être et tend à s’effacer naturellement. L’absence d’un leader éclairé pousse le peuple dans ses derniers retranchements. C’est aux français d’apporter le changement par les idées dans un premier temps, et par l’action pour appliquer leur idéal commun. Ils disposent à notre époque de moyens considérables, capables de contourner toute manipulation ou récupération, grâce à la “magie d’internet”. Tous citoyens quelque soit son niveau social et intellectuel peut faire remonter son opinion ainsi que son expérience, là est la solution. La prochaine Révolution Citoyenne sera technologique. La création des mouvements citoyens n’est que l’amorce d’une véritable prise de conscience. Il est temps d’en finir avec l’héritage de l’Ancien Régime.

 (1)Il n’est pas question ici d’omettre les attaques de Bruxelles. Il faut préciser que les assaillants de la capitale belge l’on attaqué par dépit, ne pouvant aller sur Paris qui reste la cible prioritaire.

(2)http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2016/04/14/25002-20160414ARTFIG00265-jean-louis-debre-sarkozy-n-a-aucun-sens-de-l-etat-pour-lui-c-est-fini.php

(3) Nos gouvernants agissent comme si le racisme ne touchait qu’une ethnie particulière, alors que c’est un mal dont tout à chacun peut-être victime. En donnant raison a cette stigmatisation, l’État justifie le repli identitaire par la religion.

(4) 1905 et 1789 sont deux dates charnières, qui ont abouti à la formation de notre nation. La première signifie la séparation entre l’église et l’État, par conséquent la mise sous tutelle de la religion. La seconde date interpelle et sa manifestation provient d’un manque de communication entre les élites et le peuple du pays. Il est primordial de revenir aux valeurs essentielles des origines pour garder une base pour de futures réformes.

(5)Les concours tel que l’ENA et les parrainages forment un barrage lorsque l’on vient de la plèbe. Même lorsque l’on réussit par un travail acharné à obtenir le résultat tant voulu, la place que l’on nous réserve n’est que rarement la plus légitime.

(6)http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2015/09/19/25001-20150919ARTFIG00078-quand-valls-se-voit-president-de-2022-a-2032-apres-deux-mandats-de-hollande.php

(7)L’absence de prise en compte du vote blanc démontre le manque d’échange entre le peuple et ses représentants. S’il s’avère impossible d’afficher son mécontentement avec des moyens pacifiques, comment faire évoluer la situation ?

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s